OBJECTIF 92 DB

Au Club Victory, la référence en matière d'émissions sonores est le bruit émis par les motos d'enduro de conception récente équipées du silencieux d'origine en bon état.
Dans une telle configuration, elles satisfont aux normes en vigueur en matière d'émissions sonores pour les véhicules autorisés à circuler sur la voie publique.

Selon la moto que vous possédez, veuillez vous référer à un des cas de figure ci-dessous ( nous parlons toujours de motos de conception récente ).

MOTO D'ENDURO 4 TEMPS
Si elle est équipée du silencieux d'origine en bon état, pas de souci, vous êtes dans les normes du Club.
Si elle est équipée d'un silencieux non d'origine, assurez-vous que celui-ci ne fait pas plus de bruit que celui d'origine.

MOTO D'ENDURO 2 TEMPS
Si elle est équipée de la ligne complète d'échappement d'origine ( pot de détente + silencieux ), en bon état, pas de souci, vous êtes dans les normes du club.
Si elle est équipée d'une ligne non d'origine, assurez-vous que celle-ci ne fait pas plus de bruit que celle d'origine.
Si le pot de détente d'origine a été remplacé par un autre, non d'origine, il y a de fortes chances ( ce n'est pas systématique ) qu' il soit trop bruyant. En effet, bien souvent, les pots de détente d'origine des motos d'enduro ont des parois doublées, ce qui n'est pas le cas des pots non d'origine. Il faut savoir que sur un 2 temps, une grande partie des émissions sonores provient du pot de détente. Solution: voir ci-dessous.

MOTO DE CROSS 4 TEMPS
Equipée de la ligne d'échappement d'origine elle est exagéramment bruyante. Qui plus est, celle-ci est bien souvent remplacée par une autre non d'origine bien plus bruyante encore. Dans tous les cas, avec ce type de moto, vous n'êtes pas dans les normes du Club. Solution : voir ci-dessous.

MOTO DE CROSS 2 TEMPS
Equipée de la ligne d'échappement d'origine ou non, elles est également trop bruyante mais dans une moindre mesure que les 4 temps. Dans tous les cas, avec ce type de moto, vous n'êtes pas dans les normes du Club. Solution : voir ci-dessous.

LES SOLUTIONS
Si vous n'êtes pas dans les normes du Club, voici les solutions.

4 TEMPS
Motos d'enduro: remettre la ligne d'échappement d'origine et veiller à ce que la laine de verre du silencieux soit en bon état.
Motos de cross: faire appel aux services du Club et réserver un "
embout Victory " ou faire l' acquisition d'un silencieux enduro. Dans ce cas, méfiez-vous des pots qui n'ont d'enduro que l' appelation. En effet, certaines firmes commercialisent sous l'appellation "Enduro" des pots cross équipés d'une pastille qui réduit le diamètre de sortie final ( decibel killer ). Non seulement le résultat en terme de réduction du bruit est insuffisant mais en plus ces pots deviennent très vite aussi bruyants qu'un cross, les gaz trop freinés brûlant la laine.
Certains fabricants font référence aux normes FIM en matière d'émissions sonores. Celles-ci ayant beaucoup évolué ces dernières années, vérifiez à quelle année ils se réfèrent lorsqu'ils présentent un produit comme "Conforme au normes FIM "

2 TEMPS
Motos d'enduro: remettre la ligne complète d'échappement d'origine et veiller à ce que la laine de verre du silencieux soit en bon état. Si la moto est ancienne, procéder comme pour les motos de cross
Motos de cross: envelopper le pot de détente dans une matière insonorisante. Pour ce faire, vous avez 2 solutions.

Solution 1: esthétique et durable, elle consiste à enrouler un ruban de fibre de céramique autour du pot de détente de part et d'autre sur sa partie la plus large, sur +/- 40 cm. On peut ensuite recouvrir le tout de fibre de verre imprégnée de polyester. On lisse et on peint pour une finition optimum (voir photos).

Solution 2: rapide, bon marché et très efficace, elle consiste à enrouler une chambre à air de part et d'autre de la partie la plus large du pot de détente sur +/- 40 cm. Des colliers de serrage ou du fil de fer proprement torsadé placés aux 2 extrémités la maintiennent en place (voir photo). Ne pas apposer la chambre à air à moins de 20 cm de la sortie du cylindre. Placée dans ces conditions, la chambre à air ne fond pas.

Dans les 2 cas, si la laine de verre du silencieux est en bon état, cette solution peut suffire. Sinon, le Club peut prêter un embout Victory spécial 2 temps qui viendra à bout des derniers décibels excédentaires.

Mise en place: démonter le pot de détente et commencer l'enroulage en partant de l'arrière du pot vers l'avant. Veiller à ce que les bandes se chevauchent partiellement à chaque tour. S'arrêter à +/- 20 cm de la sortie du cylindre.
Astuce: temps que le pot est démonté, vérifier s'il n'y a pas de jeu entre le pot de détente et la sortie du cylindre. Si c'est le cas, remplacer les O rings ou enrouler du teflon type plomberie pour rattrapper le jeu.

EMBOUT VICTORY
Embout universel développé par le Club qui s'adapte à la sortie des "silencieux" de cross. Une bague d'adaptation permet de compenser les différences de diamètre. Il se monte en quelques minutes sur toutes les motos dont la sortie du silencieux est droite. Nous les prêtons gracieusement aux membres qui en font la demande. A réserver via le formulaire en ligne (
cliquer ici) pour le vendredi soir au plus tard en précisant la marque, le type et la cylindrée de la moto ainsi que le type de pot (origine ou sinon la marque de celui qui le remplace) et le diamètre de sortie du pot. Pour la pose, qui se fait gracieusement par l’équipe technique du Club, se présenter à 9h00.

L' embout Victory est également commercialisé sous l'appellation NRS-Exhausts via le site www.nrs-exhausts.com

Retour au paragraphe 4 TEMPS

SILENCE ET PERFORMANCES
Il règne dans les sports mécaniques une idée reçue fortement ancrée dans les esprits selon laquelle plus un échappement est libre plus le moteur est puissant. Dés lors que l’on parle de silencieux efficaces s’élèvent des voix pour dire qu’avec ce type d’échappement la moto ne « tire »  plus. Rien n’est plus faux, à condition que le silencieux soit spécialement conçu pour être efficace. Comme nous l’expliquons ci-dessous, chacune de nos  configurations de pots à été testée au banc de puissance. Pour l’anecdote, et pour couper court aux croyances, signalons qu’une Honda 250 CRF équipée de l'embout Victory gagne 1 cv !
Voir courbes

Pour en savoir plus sur l'embout Victory, cliquer ici

 


DOSSIER EMISSIONS SONORES ( rédigé en décembre 2004 )

Ce n’est plus un secret pour personne, le bruit assourdissant émis par les motos de cross 4 temps modernes est une véritable calamité pour la pratique de notre sport. Entre les normes imposées aux motos de cross par la FIM et la réalité c’ est à dire la perception du bruit dans l’environnement immédiat du terrain, il y a un décalage que les riverains et certains pratiquants n’acceptent plus.

Comment est-il possible de commercialiser des motos si bruyantes ? Explications ci- dessous.

POURQUOI TANT DE BRUIT ?
A titre d’information, nous vous communiquons ci-dessous les conditions de contrôle du bruit telles que définies par la FIM. L’appareil de mesure doit être placé à 50 cm de l’échappement avec un angle de 45°. Pour les motos de cross, les émissions sonores ne peuvent excéder 98 db. La FIM recommande d’effectuer les mesures aux régimes moteurs suivant : 7.000 RPM pour une 125 cc, 5.000 RPM pour une 250 cc et 4.500 RPM pour une  + de 250 cc. En réalité, il faudrait se baser sur une vitesse linéaire du piston de 13 m / sec. Sachant que la course d’une 450 CRF est de 62,1 mm, les mesures devraient se faire à 6280 RPM, soit près de 2000 RPM plus haut. A l’époque où ces conditions ont été édictées, une BSA 500 de cross dont la course avoisinait les 90 mm, plafonnait à +/- 5.000 RPM ce qui veut dire que les mesures s’éffectuaient avec un moteur proche de son régime maximum. Les 13 m / s étaient atteints à 4333 RPM . On constate donc qu’aujourd’hui les mesures se relèvent en dessous des mi- régimes . Alors si les 98 db sont atteints à mi-régime, imaginez le résultat gaz à fond et en charge. Des émissions allant jusqu’à 110 db ont été relevées sur certains Grands Prix. Les premiers à profiter de cette inadaptation des normes aux motos modernes  sont les constructeurs qui peuvent commercialiser librement des engins plus bruyants que jamais. Le problème, c’ est que le consommateur a de plus en plus de difficultés à trouver des endroits pour s’en servir.

OBJECTIF 92 DB
Début 2004, nous avons lancé notre campagne Objectif 92 Db avec des mesures incitatives mais non contraignantes. Nous nous sommes donnés la saison entière pour bien étudier la situation et évaluer les solutions du marché. Premier constat : toutes les motos d’enduro, 2 tps ou 4 tps, équipées du silencieux d’origine en bon état ont rencontré nos exigences ce qui nous a permis d’établir une référence pour le résultat à atteindre avec les motos de cross. Nous avons ensuite étudié le marché en quête de silencieux efficaces. En effet, dans leurs catalogues, les fabricants de pots proposent des modèles dits enduro 92 Db. Nous nous sommes hélas vite rendus compte que beaucoup de produits portant la mention Enduro FIM n’atteignaient pas les objectifs que nous nous étions fixés. D’autres, efficaces dans les premières heures d’utilisation émettaient très vite le même volume sonore qu’un pot cross. A plusieurs reprises, nous avons soulevé le problème auprès de certains fabricants mais sans résultats tangibles. A l'heure actuelle, le seul pot enduro du marché parallèle à satisfaire les normes du Club Victory est le CRD Enduro 92 db qui au demeurant est le seul pot non d'origine à passer sans problèmes le test du sonomètre en championnat de France d'enduro.

HISTORIQUE DE L'EMBOUT VICTORY
Devant le manque de motivation des acteurs du marché, nous ne leur jetons pas la pierre, à part nous, il n’y a pas de demande pour des pots silencieux, nous avons décidé de saisir le problème à bras le corps. Objectif : trouver nous même une solution vraiment efficace tant en terme de bruit que de performances, adaptable à la plupart des pots d’origine des motos de cross, les 4 temps en tête. Conscients que le prix d’un pot FIM ( entre 300 et 400 € ) est rédhibitoire pour beaucoup de pratiquants nous avons orienté nos recherches vers des solutions bon marché. Très vite, l’idée d’un embout venant se greffer sur le pot d’origine s’est imposée. Durant l’hiver 2004 / 2005, tous les dimanches les frères Verleysen, Reginald Ceûppens et moi-même avons testé et amélioré différentes configurations d’embouts d’échappement. Le résultat final a dépassé nos espérances. Equipées de l’embout « Victory » qui s’adapte à leur «silencieux» d’origine, les motos de cross 4 temps émettent à présent un bruit du même niveau que celui des enduros 4 temps équipées du silencieux d’origine ! La saison 2005 a été mise à profit pour tester en « live » notre embout. Il s’est avéré fiable et universel.

TRAVAUX DE MISE AU POINT DU SILENCIEUX « VICTORY »
Pour ceux que cela intéresse, voici l’aspect technique de la mise au point de notre silencieux.
A l’aide d’un programme spécial développé en Excel et basé sur les travaux d’un ingénieur irlandais, Gordon Blair, différentes configurations de chambres à chicanes sont étudiées, le logiciel donnant les atténuations en dB selon les fréquences. Lorsque le meilleur résultat théorique est obtenu, le pot est dessiné à l’aide d’un programme de dessin industriel. Une fois réalisé le prototype, il faut passer aux essais. Premier test, appréciation de l’atténuation sonore jugée suffisante ou non. Deuxième test : passage au banc et comparaison de la courbe de puissance avec celle de la moto en configuration d’origine ( différence de couple et de puissance ). En développant ces silencieux, le but a toujours été d’altérer le moins possible les courbes d’origine. Pour cela, il faut que les gaz s’évacuent avec fluidité. La géométrie du pot doit en tenir compte. Si le test de couple et de puissance est satisfaisant, nous passons au 3ème test, celui du
baromètre. Il s’agit d’un niveau d’eau relié au système d’échappement qui permet de mesurer les pertes de charge dues à l’embout. Idéalement, la surpression doit rester en dessous de 100 mb ce qui signifie que les gaz s’évacuent avec fluidité. Un bon pot aura donc une bonne atténuation tout en permettant une bonne évacuation des gaz, gage de performances peu ou pas altérées. Il faut savoir qu’il est facile de diminuer le bruit d’un échappement en réduisant sa section à la mise à l’air mais la santé du moteur s’en ressent immédiatement. Arriver au résultat final que nous avons testé en « live » a été un travail laborieux. On ne compte plus les projets qui ont trébuché sur l’un ou l’autre test car un paramètre supplémentaire a joué, il fallait que le pot ne soit pas trop compliqué et donc coûteux à produire.Alain Spira

Remerciements spéciaux  pour ses précieux conseils à Lucas Vandamme, ingénieur en mécanique automobile et membre de notre Club.